Aux origines de James Bond

L’histoire de James Bond  est largement liée à celle de la Jamaïque. En effet son créateur, Ian (Lancaster) Fleming (1908 – 1964) qui était écrivain, journaliste et officier de renseignement dans la Royal Navy, a eu une longue histoire d’amour avec la Jamaïque qu’il considérait comme son deuxième pays.

De la découverte de la Jamaïque par Ian Fleming à la naissance de la saga James Bond…

C’est d’ailleurs au cours de sa carrière dans les services de renseignements militaires au cours de la seconde guerre mondiale que son destin l’amena pour la première fois en Jamaïque. C’est en effet durant un congrès anglo-américain de renseignement qui se déroulait en Jamaïque en 1942 qu’il décida de vivre en Jamaïque une fois la guerre terminée. Il acheta en 1946 une propriété du côté d’Oracabessa, une petite ville située sur la côte nord de l’île. Il nomma cette propriété « Goldeneye » (photo ci-contre « www.ianfleming.com » ) vraisemblablement en référence à une opération militaire à laquelle il avait participé lors de sa carrière militaire. Il était alors employé comme journaliste pour un magazine anglais et une clause de son contrat lui accordait chaque année 2 mois de vacances en Janvier et Février qu’il passait en Jamaïque (Au passage, avouons qu’il y a pire comme clause de contrat de travail…) Il écrivit son premier roman en 1952 du nom de « Casino Royale ». Il a écrit ensuite une douzaine de ses romans lors de ses vacances hivernales en Jamaïque.

Le nom de son héros, James Bond fut inspiré du nom d’un ornithologue américain qui séjournait régulièrement en Jamaïque pour y étudier la faune locale. Il aurait choisi ce nom car il représentait selon lui le nom le plus commun qui soit. Si il avait su ce qu’il en est aujourd’hui …

 

La Jamaïque, décors privilégiés de certains  romans et films de James Bond

En plus d’être le lieu de naissance de la saga James Bond, La Jamaïque a été le décor de nombreuses scènes des romans ou des films de la saga. Les romans « Vivre et laisser mourir » (« Live and let die »); « Dr No »; et « L’homme au pistolet d’or » (« The man with the golden gun ») ont tous pour partie leur actions en Jamaïque. « Dr No », le premier film James Bond a été tourné en Jamaïque ainsi qu’une partie de l’action de « Live and Let Die ».

Pour découvrir une illustration de quelques uns des lieux mythiques de la saga James Bond en Jamaïque, je vous invite à regarder cette petite vidéo (en anglais) tournée par deux journalistes du New York Times en 2008. Même si vous n’êtes pas anglophones, ça vous permettra tout de même de voir les lieux réels de certaines des scènes mythiques de James Bond. Et si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de Ian Fleming, le créateur du célèbre héros, je vous invite à consulter le site officiel (en anglais, désolé…) de Ian Fleming.

>> Ci-dessus, une photo prise au comptoir du bar du Morgan Harbour Hotel à Port Royal où Sean Connery apparaissait dans le tout premier film de James Bond « Dr No » filmé en 1962.